# Refrain (x4) :
Encore une chanson d’amour pour toi,
mon petit mensonge.

# Couplet 1 :
Comme frappé par la foudre, genre galvanisé
J’enfonce les portes du faubourg, crime prémédité
Deux comparses m’accompagnent sur le pont,
Se déchainent sur la forme, fiers de plonger toucher le fond.
Douce colère de l’instant, c’est une fracture
Dans l’impasse coule à flot l’échec pas la bravoure
Ipso facto, l’instinct prend le dessus,
Quand les ruelles s’éveillent le 20h sort le karscher.
Sous la lune rejoins nous, la luxure reprend ses droits,
la violence à prévoir, solennel comme une homélie.
Quand la morale s’affole,
Bout de femme fait le mur, fait l’amour, fait la folle !

# Refrain (x2) :
Encore une chanson d’amour pour toi,
mon petit mensonge.
Encore une putain d’vérité qui gît noyée dans son bain !
Encore une putain d’vérité qui gît cramée dans les cendres !

# Couplet 2 :
La nuit je mens, la nuit je prends,
j’achète et je vends une canette pour divant.
Les deux pieds dans le ciment j’attends la fin des temps,
assis sur un banc qui pourrai être un étang.
Sous les feux d’un ciel inquiétant
dans les yeux vitreux d’un écran, a la belle saison
quand les papillons perdent la raison,
devant des néons ou des phares à xénon.
Ils partent en costume à la fosse commune ou au panthéon,
Et ils disent de jolis mensonges quand la nuit tombe
et qu’elle fleurit les tombes d’étoiles et de songes.

# Refrain (x2) :
Encore une chanson d’amour pour toi,
mon petit mensonge.
Encore une putain d’vérité qui gît noyée dans son bain !
Encore une putain d’vérité qui gît cramée dans les cendres !

# Interlude (x2):
Sombre, tout est sombre.
Krav Boca enraciné dans l’obscurité profonde.

# Refrain (x2) :
Encore une chanson d’amour pour toi,
mon petit mensonge.
Encore une putain d’vérité qui gît noyée dans son bain !
Encore une putain d’vérité qui gît cramée dans les cendres !