# Couplet 1 :
Puertas cerradas llego con la mascara :
uno, dos, PAW, ogro en la cocina.
Yo no soy tu soldado, yo no soy tu esclavo
mira, guarda tu paga te quemo en tu oficina.
J’ai l’sourire hésitant quand j’entends l’rire de mes gens.
Tellement pour réussir pourquoi nous prendre pour des glands
, je suis consentant sur mon banc, putain complice dans le fond
Comment garder le cap on ne nous vend que du vent ?!

# Couplet 2 :
Les murs ont des oreilles et leurs oreilles ont des murs
C’est au coucher du soleil que s’élèvent nos murmures
Et leur caricature de littérature part en villégiature avec la dictature

# Couplet 3 :
Tu gamberges entre l’achat des velcro ou de la veste fila,
putain dois-je montrer les crocs ou bien baisser les bras ?!
Ne m’appelle pas camarade, tout ça n’est que de l’apparat,
La résistance n’existe plus, ça ne milite qu’en parade.
Chacun son truc, quoi que chacun ses intérêts.
Toujours les mêmes enjeux et les mêmes gueules à s’terrer,
Hablas mucho, demasiadas certezas, gran bocon mejor quedate en el silencio.

# Couplet 4 :
Le bout de souffre qui fait naître la lumière,
Sur la première goutte qui pénètre la rivière,
Quand l’érosion pousse à prière,
Juste une explosion qui souffle la rizière,
Le doigt levé allonger sur une civière,
Je viens aboyer quelque nouvelles d’hier,
Graver ces poigner avec la dernière bière,
Pour essayer de redevenir poussière.

# Couplet 5 :
En guise de muselière mange tes panneaux publicitaires poto,
Le message reste clair, apprends à te taire !
Ouais j’ai la hargne du citoyen,
viol pour les assurés, viol de l’immobilier,
Tous pillés au quotidien.
C’est pour mes arabes et mes noirs, mes pédés, mes exilés,
toi qui trime au bureau grosse fatigue au chantier.
Fout le feu à la poudrière, percute mode légionnaire,
chacun son but, chacun sa foi, fier et solidaire!

# Couplet 6 :
Gomor et Sodome en cure de sodium,
Au pied du podium, la haine des autres hommes
Syndrome de Stockholm, culture d’opium
Balade en factotum, ta carte électorale dans le rectum
Je reste le général de mon sanatorium

# Refrain (x3) :
Des dentiers à tremper dans le formole
Ces petits rentiers sur les bancs de la Sorbonne
Leur propagande en plein auditorium
Crame ces images, crêve en vacance au Sanatorium