# Partie 1 :
J’viens d’arracher un sourire à mon vieux pote Serge,
Lui qui veut s’taper ma frangine ça me déconcerte.
Y’m’dit, « cadenacé dans ma bulle j’ai les nerfs à bout »
J’crie, « pas touche à son boule ! », ça le déconcerte..
Merde, changement d’sujet c’est mandat cash pour la maison d’arrêt,
C’est que d’la frappe pour Marine en HP.
Viens tonton viens, t’entends la basse des copains,
d’façon t’as pas d’taf qui t’attend demain matin.
La reprise de la chasse compromet la sortie girole,
L’entreprise de potasse enterre la sortie rivière.
Rien à faire, Serge lève le coude et s’énerve
pendant qu’sa belle mère pleure la TS de la petite sœur.
Changement d’humeur, nouvelle rumeur,
la BAC débarque à la cité, Starbuck aux beaux quartiers,
la tension grimpe. Tendu comme une sortie de stade,
genre bagarre de rue au bar tabac PMU.
On a du shit mais pas d’or noir,
sur les bancs du square des villes dortoirs.

# Partie 2 :
Moi des rustines je n’aime que la colle,
jolies farandoles sur les terres d’envol.
La discipline noyée dans l’alcool,
sans aucune trêve en terre d’envol.

Moi des rustines je n’aime que la colle,
jolies farandoles sur les terres d’envol.
La discipline noyée dans l’alcool,
sans aucune trêve en terre d’envol.
Sur les bancs du square des villes dortoirs,
on a de l’herbe mais pas de pétrole.
On a du shit, mais pas d’or noir.
sur les bancs du square des villes dortoirs.
On a de l’herbe mais pas de pétrole,
on a du shit, mais pas d’or noir,
on a du shit, mais pas d’or noir,
on a du shit, mais pas d’or noir,
on a du shit, mais pas d’or noir.

# Partie 3 :
Un lieu-dit au détour de la Garonne,
toujours deux façons de l’habiter.
A côté des villes qui se meurent au couché du soleil,
On a déroulé le tapis rouge dans la grange.
Les batteries et 28 cordes s’insurgent
avec la prétention d’arrêter le temps
Quelqu’un, quelque part m’a dit :
 » Vite, à boire que je me saoule pour dormir..
Mais si je m’endors, demain me tiendra par la gorge »